Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /local/www/enigmapp_bo/htdocs/application/layouts/scripts/layout_front.phtml on line 20

Ma page

 



Le blog d'EnigmApp
Le trekker, la randonnée et le numérique
Le monde du numérique et du tourisme bruisse de nombreuses rumeurs en ce moment : arrivée des Google Glasses, projets de montres connectées, nouvelle opération à grande échelle de Street View… Prenons un sujet à la fois ! Et aujourd’hui, parlons un peu d’une activité spécifique : la randonnée. En effet, Google vient de lancer […]

Le monde du numérique et du tourisme bruisse de nombreuses rumeurs en ce moment : arrivée des Google Glasses, projets de montres connectées, nouvelle opération à grande échelle de Street View…

Prenons un sujet à la fois ! Et aujourd’hui, parlons un peu d’une activité spécifique : la randonnée.

En effet, Google vient de lancer dans le cadre de son projet Street View un nouveau programme : « Street view trekker« 

Que se cache-t-il derrière ce nom ? Un principe simple : Google aimerait ajouter dans street view des circuits où les véhicules ne peuvent passer, et ainsi proposer au monde entier des images des lieux les plus incroyables du monde. Le premier lieu à ainsi voir passer un « Google Trekker » a donc été le Grand Canyon, mission accomplie avec un certain succès. Maintenant, Google propose donc à de nouveaux aventuriers de devenir des trekkers, et équipés d’un sac à dos de 18 kilos surmonté d’un système à 15 objectifs prenant des photos panoramiques toutes les 2,5 secondes. Les professionnels du tourisme sont donc bien évidemment largement invités à participer à l’aventure pour numériser leurs plus belles randonnées…

L’occasion pour nous de parler du sujet :

Quid du numérique dans le cadre des randonnées ?

Lorsque l’on prononce le mot « numérique », on découvre quantité de choses cachées derrière. Il faut dire qu’avec l’essor de ce support, tout le monde veut être dessus et pouvoir dire qu’il est en accord avec le monde moderne et les smartphones dans les poches de ses visiteurs ! Sauf qu’entre les idées que l’on a et la réalité, il y a comme un décalage… alors justement, que proposer aux randonneurs ?

1) Un randonneur randonne par plaisir

Lorsque l’on part en randonnée, que ce soit pour une demi-journée ou une semaine complète, on le fait par envie, passion, soif de découverte, de nature… pas pour avoir le nez sur son téléphone ou sa tablette ! Si les plus accros essaient régulièrement de voir s’ils ne pourraient pas avoir un peu de réseau pour accéder à Twitter ou Facebook et partager leurs dernières aventures piétonnières, ils ne le feront probablement pas en marchant, et plutôt durant les pauses. Arrêtons-donc de vouloir fournir des informations en temps réel : la plupart ne seront même pas consultées !

  • Ne proposez pas à vos clients d’avoir le nez dans leur téléphone : ils ne le feront pas ! Faites confiance à Dame Nature, ils sont venus pour elle. Préférez les informations consultables à tout moment et que vos visiteurs auront envie d’avoir : informations sur la faune, la flore, un lieu dit, une légende locale… bref, une information que l’utilisateur ira chercher quand il le souhaitera, ou à l’arrivée sur un site particulier. Puis il retournera profiter du paysage : c’est pour ça qu’il est venu !

2) Un randonneur dépense de l’énergie, mais n’en génère pas

A moins d’avoir attaché une dynamo à ses genoux, le randonneur ne produit pas d’énergie pour ses appareils, il a donc fortement tendance à économiser l’utilisation de ceux-ci. Par ailleurs, lorsqu’il part des jours durant, il fait d’autant plus attention à ne pas consommer de batterie inutilement : après tout, son téléphone pourrait lui servir pour une urgence, il fera donc passer cela avant l’utilisation d’une quelconque application ! Entre professionnels dans un bureau, on a toujours tendance à penser que ce serait formidable, une application qui accompagne le randonneur en temps réel, qu’elle lui donne de l’information à chaque seconde… mais sur le terrain, une application qui tourne justement en permanence, et restera en plus principalement au fond des poches sera la première à être désinstallée et accusée de tous les maux en cas de problème de batteries. Ne donnez pas à vos clients une bonne raison de se plaindre !

  • Préférez des applications qui ne consomment que pas ou peu d’énergie : pas d’utilisation intensive d’accessoires consommant beaucoup d’énergie ou faisant régulièrement des appels au réseau, pas de calcul ou de chargement permanent de données… mieux vaut une simple page en HTML5 menant à des informations déjà chargées dans le téléphone, qui ne consommera rien lorsque le téléphone sera en veille (soit 95% du temps de randonnée), et permettra un accès rapide aux informations lorsque le randonneur en aura besoin.

3) Un randonneur aime savoir où il va

Et ça tombe bien puisque le trajet est indiqué avec un balisage… alors pourquoi absolument vouloir faire appel au GPS en temps réel dans quantité d’applications ? Non seulement la chose est superficielle, mais en plus celle-ci sera effectivement la première à consommer des ressources tout en se montrant souvent inutilisable : avez-vous déjà essayé votre GPS dans une zone sans couverture réseau, comme cela arrive souvent durant les randonnées ? Le satellite vous localise, certes… mais quid du fond de carte , qui lui est récupéré en général d’API comme Google Maps ? Être géolocalisé sur un fond gris n’a que peu d’utilité

  • Proposez plutôt un guide complet embarqué du balisage de randonnée : non seulement les débutants apprendront ainsi des choses, mais en cas de doute sur le chemin à prendre, il suffira de consulter son téléphone le temps de quelques secondes ! Vous pouvez aussi joindre des cartes embarquées avec le trajet à suivre : pas besoin de réseau en ce cas… et ça ne consomme rien.

4) Un randonneur ne génère pas de réseau 3G

On l’a vu dans le cadre du GPS : qui dit randonnée dit nature, qui dit nature dit souvent absence de couverture réseau. Mieux vaut donc considérer que le téléphone n’en aura jamais, à part en amont – pour préparer la randonnée –  et éventuellement en aval – pour que votre randonneur partage son expérience avec ses amis. Entre les deux, le néant ! S’il faut se promener les yeux sur son écran, le bras bien haut à la recherche d’une « petite brique » de réseau pour que quoi que ce soit fonctionne… vous allez au delà de gros ennuis ! Du coup, si vous êtes un grand amateur de QR code, assurez-vous que ceux que vous placez à certains endroits (par exemple, sur un panorama) font appel à des URL internes et non externes. Cela peut paraître évident, une fois encore, et pourtant !

  • Considérez toujours les pires circonstances : si votre application peut marcher dans ce cas, alors elle sera prête à tout ! Le randonneur part avec un équipement solide pouvant répondre à toutes les situations : faites que votre application réponde aussi à ce principe ! Chargez toutes les données en amont de la randonnée (n’oubliez pas de parler de celle-ci sur votre site web pour celles et ceux qui prépareront leur randonnée sans passer par votre accueil sur le terrain), et si interaction il y a avec le terrain (QR code, NFC), assurez-vous d’utiliser des URL internes.

5) Un randonneur pense utile

Pas besoin de lui fournir une application si c’est simplement pour le principe de lui fournir une application. Qu’y a-t-il dedans ? Est-ce que cela va vraiment lui servir ? Les points d’intérêt que vous avez renseignés sont-ils tous sur le trajet qu’il va emprunter ? Qu’est-ce que le numérique va lui apporter qu’un document papier ne lui fournirait pas ? Bref : quelle est la plus-value qui va lui faire embarquer votre solution

  • Vous allez investir dans une solution numérique : pourquoi ? A quoi cela va-t-il servir ? Posez-vous toutes les questions qui feront que votre application fera la différence. Si à la fin de la randonnée, les marcheurs se disent qu’ils avaient vraiment un atout en plus dans leur poche, ils parleront de vous sans nul doute. S’ils avaient simplement un gadget… il n’est même pas sûr qu’ils s’en souviennent passées les premières heures de marche !

 

Allez, synthétisons ! Avant de préparer votre prochain outil numérique pour vos randonneurs :

  1. Pensez utile : pourquoi voulez-vous une application ? Pourquoi vos utilisateurs la voudront-ils aussi ?
  2. Pensez plaisir : ne vous mettez pas entre un randonneur et la nature ! Essayez de vous glisser dans leur poche avant de vous mettre devant leurs yeux ! 
  3. Pensez économie : ne consommez pas les ressources du téléphone tant qu’il reste dans la poche !
  4. Pensez terrain : inutile de rajouter des outils en doublon pour guider si tout le guidage est déjà présent et balisé ! 
  5. Pensez conditions difficiles : il va falloir fonctionner sans réseau, en toute autonomie ! 

Et avec ça, à vous la satisfaction des marcheurs !